Retour à l'accueil de Fort-Louis

Fort-Louis en images

Bulletin Communal

Toutes les infos
de la commune
synthétisées dans
une revue !

La météo à Fort-Louis

Météo Fort-Louis My-Meteo.fr
Commune de Fort-Louis : Accueil > La commune > Historique de Fort-Louis

Fort-Louis

 

Fort-louis vu du ciel

 

FORT-LOUIS, village âgé d'un peu plus de 300 ans seulement, possède néanmoins un riche passé. Celui-ci a toujours été tributaire du Rhin, de ses caprices et de ses divagations, ainsi que du destin des habitants de ses deux rives.

A FORT-LOUIS, LE RHIN EST LIEN ET FRONTIERE AVEC LE PAYS DE BADEBlason de Fort Louis

 

Le Rhin est lien entre l'Alsace et le pays de Bade. Le site de Fort-Louis a toujours été lié au Rhin ; avant la fondation de la place forte par Vauban, les divagations du chenal navigable du fleuve, donc de la frontière entre l'Alsace et le pays de Bade, les inondations annuelles du ried jusqu'au pied de la terrasse alluviale, ont modelé le paysage des alentours. Jusqu'en 1648, date du rattachement de la plus grande partie de l'Alsace au Royaume de France, le Rhin à été pratiquement toujours le lien entre les deux rives. Ce rattachement en a fait une frontière. Les nombreuses iles et bancs de sable ou de gravier ont fait partie du paysage mais servaient également aux déplacements d'une rive à l'autre. Le Rhin est frontière entre l'Alsace et le Pays de Bade.

 

La construction de la place de Fort-Louis est décidée en 1686 : elle doit constituer une tête de pont vers le pays badois et surveiller le passage du Rhin.

Vauban pose lui-même la première pierre le 6 janvier 1687 sur une ile du Rhin, l'île de Giesenheim appartenant auparavant aux Fleckenstein. L'ile est déboisée, des ponts sont jetés, des routes sont aménagées, des digues sont construites et les fortifications sortent de terre.

La place forte comporte un fort principal appelé le « Fort Carré » sur l'ile elle-même et deux têtes de pont appelé le « Fort Alsace » sur la rive alsacienne du Rhin et le « Fort Marquisat » sur la rive badoise. C'est une des 7 ou 8 places fortes construites de toutes pièces par Vauban, ou plutôt sous sa direction.

Fort-Louis a fait partie conjointement de la « ligne de la Moder » et de la « ligne du Rhin ».

Dès 1697, les Traités de Ryswick et de Baden obligent la France à démanteler le Fort Marquisat dont il ne reste aujourd'hui que quelques levées de terre insignifiantes et la mention d'un lieudit dans les documents cadastraux.

Fort-Louis est assiégé durant l'hiver 1705/1706 par les troupes impériales ; le Maréchal de Villars débloque la place, puis s'y installe.

1793, les Autrichiens reviennent en Alsace du Nord et la place forte est prise le 13 novembre après un court siège de 9 jours.

Durant la nuit du 17 au 18 janvier 1794, ils détruisent les forts, font sauter les dépôts de munitions, endommagent les bastions, incendient les ponts et repassent le Rhin, obligeant toute la population civile à les suivre. Les français réoccupent la place.

Au début de l'année 1814, des troupes russes et badoises investissent une troisième fois la place forte délaissée par les troupes napoléoniennes retenues sur d'autres champs de bataille illustres. C'est le Général Schramm, originaire du proche Beinheim, qui reprend une...place vidée de tous ses occupants...Durant les « Cent Jours », les fortifications sont à nouveau réoccupées par les Alliés badois, autrichiens et russes. Ils quittent les lieux le 17 octobre 1818 après un nouveau démantèlement de ce qui reste de la place forte.

Ancien plan de Fort-Louis

Après les événements de 1793/1794, puis de 1814/1818, les fortifications n'ont jamais été remises en état. Laissées pratiquement à l'abandon par les autorités militaires durant plus de la moitié du XIXe siècle, envahies par la végétation luxuriante du ried rhénan, elles sont acquises par la Commune de Fort-Louis en 1890. C'est ainsi que le « Fort Carré », le « Fort Alsace » et les terrains environnants appartiennent aujourd'hui à la commune.

Au milieu du XIXe siècle, les travaux de régularisation et d'endiguement du fleuve ont permis un travail en commun entre l'ingénieur badois Tulla et ses confrères de la rive française.

Le Rhin, lien entre l’Alsace et le Pays de Bade ? Non, les événements de 1870 en ont voulu autrement, avec pour conséquence l’annexion de l’Alsace à l’empire allemand, avec un Rhin devenant, par la force des choses, un lien jusqu’en 1919.

Les travaux de correction du Rhin ont modelé le paysage autour de Fort-Louis. Deux grandes boucles ont été créées artificiellement, non par nécessité hydraulique mais suite à des interventions « spéculatives » de propriétaires fonciers particulièrement bien placés. Les deux terrains situés dans les deux boucles du Rhin ont été gagnés pour le ban de Fort-Louis, alors que le ban de Stattmatten en a perdu au bénéfice du Pays de Bade.

Durant ces trois siècles de l’existence de Fort-Louis, le Rhin a donné du travail  à bon nombre d’habitants : les passeurs ou contrebandiers, les pêcheurs, les douaniers, les orpailleurs, les ouvriers pour la construction ou l’entretien des digues ont représenté une bonne partie de la population active de la commune. Par contre, les bateliers sont très peu représentés à Fort-Louis.

Fort-Louis est aujourd’hui un paisible village de l’Uffried Nord blotti dans un environnement agréable dont le biotope de la Moder est un des constituants principaux.

Encore plus de détails ICI